Enregistrer au format PDF

Accueil > ACTIVITÉS ET PROJETS > ASBL EN PROJET > PARTICIPER > ACTIVITÉS > Archives > Élections 2014 (Archives) > Écologistes : bilan électoral

Résultats et analyse

Écologistes : bilan électoral

Sans doute le meilleur programme, mais aussi le plus mal défendu.

jeudi 5 juin 2014, par Paul Willems

Dans les circonstances actuelles, il est difficile de défendre valablement un programme progressiste. Et, d’un autre côté, le programme des écolos, le plus progressiste à mon avis de tous, n’est pas encore assez progressiste. C’est un programme qui en matière de chômage par exemple privilégie un statu quo, plutôt que des avancées. Il n’apporte pas non plus de solutions aux problèmes économiques.
Mais même les plus grands économistes actuels, les Krugman et autres, n’apportent pas de solution aux problèmes économiques. Ce dont il est débattu, c’est de l’opportunité de relancer ou pas la demande. La question est bien plus complexe. Présenter les choses de cette manière reste une façon égoïste de présenter les choses. Relancer la demande nécessite des matières premières obtenues à bas prix, des taux d’intérêts relativement bas, et des rapports très inégaux entre une partie du monde et une autre, car ce n’est jamais que la demande dans certains pays qu’il s’agit de relancer. Comment relancer la demande et essayer d’endiguer l’augmentation du taux d’endettement, voilà la question que l’on se pose ? Personne ne se demande comment résoudre la crise des pays du tiers-monde où la situation est particulièrement grave, ou comment le faire sans le faire au détriment des plus pauvres, ou de pays développés dont le taux d’intérêt de la dette est exagérément élevé (Espagne, Grèce, etc…). On en reste à vouloir essayer de créer des emplois en boustant la demande. Ce n’est pas une mauvaise idée, mais cela ne résout pas le blocage causé par le creusement des inégalités. On se trouve dans une situation où la société n’a plus du tout envie d’avancer parce qu’une partie de la société a obtenu ce qu’elle voulait, elle a obtenu un avantage tel qu’elle n’a plus intérêt à faire changer les choses. Les riches sont pétris de certitudes et bloquent toute tentative de réforme qui aille dans le bon sens. Ils consacrent à cela toute leur énergie, et programment des guerres qui sont d’authentiques génocides. La société en est arrivée à un point où elle devrait partager le travail, mais pour cela elle doit récupérer sa souveraineté sur elle-même comme l’explique le petit parti espagnol Podemos, or les riches sont en train de détruire cette souveraineté. L’esclavage salarié ou le travail reste le principal moyen de pression des riches sur la société. Or c’est à ce moyen de pression fondamental qu’Ecolo s’en prend en s’intéressant notamment au partage du temps de travail, sans toutefois envisager une réforme globale du travail et de l’économie. Bref, Ecolo ne tient pas compte d’une donnée fondamentale. C’est bien à aux conditions de travail qu’il faut s’attaquer, mais, pour cela, il est nécessaire de faire valoir son bien fondé d’une autre façon, il s’agit de convaincre qu’un changement global est nécessaire.

Le problème d’Écolo, ce sont aussi les militants, qui sont peu en contact avec les gens, si ce n’est avec quelques intellectuels. Ces militants sont perçus comme assez distants, ou plein de préjugés malgré tout, comme des bobos, comme un monde à part qui craint voire méprise certains laissés pour compte, sinon la majorité des pauvres que le programme écolo essaie de protéger sans tirer d’affaires. Ils ne paraissent vraiment vouloir défendre qu’une minorité d’étrangers et de sans voix, mais échappent de peu toutefois au soupçon de paternalisme.

Les classes populaires regardent la télé, boivent des boissons gazeuses sucrées comme le coca, tous les fantas et autres. On mange gras. On ne comprend rien encore au bio. On préfère les aliments standardisés, les marques, à une alimentation locale, dont on a peur de dépendre. On mène une vie très active, on accomplit un travail souvent dur et les graisses et les sucres sont mieux assimilés par les travailleurs que par les organismes d’intellos et d’employés. Mais l’obésité fait quand même des ravages. Pour convaincre les masses de manger du bio il faut leur apporter la garantie qu’elles ne seront pas privées, ou qu’elles ne se retrouveront pas de ce fait en danger.

Pour les écologistes, pour toutes ces raisons, communiquer avec les masses représente un problème. Il en résulte qu’il est également difficile pour eux de soutenir ces dernières dans leur lutte au jour le jour contre l’arbitraire, et notamment face aux violences policières, ce qui pourtant, surtout pour des motifs démocratiques, représente un point du programme des écologistes. Il en découle une sorte d’ambivalence. Dans un certain nombre de cas, les écolos se trouvent dans l’autre camp, dans le camp de la propagande médiatique notamment, dans le camp de ceux qui croient que l’insécurité est le fait des pauvres et de la minorité.
Cette contradiction entre la lettre et l’esprit, entre le cœur et la raison, leur suivisme apparent par rapport à ceux qui n’ont de cesse de prétendre que ce sont les pauvres les responsables de l’insécurité et des problèmes, alors que visiblement le programme progressiste des écologistes cible avant tout les pauvres, justifie qu’ils n’aient pas fait de score intéressant. C’est même mathématique.

En fait, ils ont mal communiqué.

Il faudrait accomplir un gros effort pour changer d’a priori, non seulement concernant les pauvres et les immigrés, mais concernant les principes économiques qui régissent la planète, et certains problèmes qui se posent.

Il s’agirait enfin de proposer un programme légèrement plus radical sur le plan écologique. Car, c’est cela la troisième faiblesse du programme écolo. Leur programme n’est pas assez écologique.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.