Enregistrer au format PDF

Accueil > ACTIVITÉS ET PROJETS > ASBL EN PROJET > PARTICIPER > ACTIVITÉS > Archives > Élections 2014 (Archives) > Les égalitaires et l’extrême-droite > Communiqué des Egalitaires au sujet des critiques parues dans les journaux (...)

Campagne électorale 2014

Communiqué des Egalitaires au sujet des critiques parues dans les journaux les concernant

Regroupement de voix et démocratie

jeudi 15 mai 2014, par Paul Willems

Dans la presse, a paru une série d’articles au sujet du parti des Égalitaires. Autour de nous, les gens jugent, condamnent, la peur l’emporte, parce que, dans les journaux, on a relayé un point de vue, pas l’autre. Ce point de vue ce n’est même pas une critique, c’est du mépris. Des personnes expliquent qu’elles ont quitté le parti en pleine campagne à cause d’un accord technique conclu avec des formations politiques d’extrême-droite. En fait, ces militants ont essayé d’exclure un parti d’un accord technique, et ont essayé d’en imposer un autre, en dépit d’un vote démocratique et de la volonté des autres membres du parti. Il a été impossible de conclure un accord technique de regroupement des voix à moins de renoncer à y inclure le parti Islam.

Pour ces militants, il est totalement critiquable de conclure un accord avec un parti comme Islam. Pour nous, il s’agit d’un point de vue islamophobe. Souscrire à un apartheid que nous dénonçons auraient fait de nous la risée.

Ces militants se sont faits influencer par les points de vue dominants au sein de la gauche radicale elle-même. À cet égard, les préjugés au sein de la gauche radicale, et bien entendu de la gauche de pouvoir, sont systématiques. Le plus étrange, c’est que ce sont deux musulmans, l’une au sein de notre propre parti, et l’autre au sein d’un autre parti de la gauche radicale, qui ont rendu tout accord avec le parti islam impossible.

Voilà pourquoi on a conclu un accord avec un parti opportuniste, diabolisé par les médias, et même avec un parti ouvertement islamophobe. Cette islamophobie déclarée, nous voulons que les gens s’en aperçoivent, qu’on en parle.

Certaines des personnes qui ont dénoncé cet accord technique se battent pour des causes importantes avec un acharnement digne d’intérêt, et prétendent certainement ne pas être islamophobes et vouloir lutter de toutes leurs forces contre un tel fléau, mais la difficulté même de ce combat, l’ampleur du problème, sa gravité, qu’une bizarre recrudescence d’antisémitisme tend pour le moment à occulter, leur fonctionnement parfois paternaliste, les ont fait prendre selon nous la mauvaise direction.

De toute manière, au moment des élections, c’est toujours le même problème. L’on trouve un moyen de critiquer notre parti, de lui reprocher d’horribles choses. Il faudrait que nous nous justifions pour tout, et avant tout que nous nous justifions d’exister. Pour beaucoup de gens, il y a tout simplement trop de Belgo-marocains dans notre parti et ils n’occupent pas une fonction subalterne comme dans les autres. Voilà pourquoi il s’agit à tout prix de trouver des reproches à lui faire.

Les gens nous répètent comme des perroquets ce qu’ils ont lus dans la presse, ou entendu à la télé, et froncent les sourcils, arborent un air sévère, comme si on était des petits enfants. Ils n’écoutent pas nos explications. Ils se disent de gauche. Ils n’en ont hélas pas l’étoffe. Ce ne sont pas non plus des démocrates. Nous avons des idées opposées à celles de ceux avec lesquels nous avons conclu un accord de regroupement des voix. Mais, en démocratie, tous doivent sentir qu’ils ont le droit d’être représentés. En rendant impossible cette représentation, l’on incite des gens à voter pour l’extrême-droite et on leur donne raison.

La seule manière utilisée par les grands partis de pouvoir pour justifier leur scandaleuse politique consiste à critiquer, et à rejeter l’extrême-droite, à assimiler plein de gens à l’extrême-droite, ou à les créditer de valeurs similaires à celles de l’extrême-droite. C’est une surenchère entre la gauche et la droite pour savoir qui rejettera le plus l’extrême-droite, et les valeurs qui leurs sont soi-disant chères. Bien sûr, il ne s’agit pas pour eux de rejeter la propriété, ou de condamner l’exploitation. Tous nous sommes incités à penser la même chose, à adhérer aux mêmes valeurs politiquement correctes à cause de cette critique. L’on vit dans un monde anesthésié, où le but est d’anesthésier tout le monde. Nous refusons de nous laisser mener par le bout du nez, et de nous laisser dicter nos points de vue et notre stratégie à cause de cette surenchère.

 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.