Enregistrer au format PDF

Accueil > THINK TANK > ANTI-DOSSIERS > RELATIONS ET ORGANISATIONS INTERNATIONALES > Le 27 avril à 20h, grand débat sur les attentats du 11 septembre (...)

Conférence-débat

Le 27 avril à 20h, grand débat sur les attentats du 11 septembre 2001

Richard Gage AIA, conférencier américain, Maison de la culture de Woluwe...

mardi 14 avril 2015, par Paul Willems

Le 27 à 20h à la maison de la culture de Woluwe Saint-Pierre, il y a une conférence-débat en présence d’un expert américain consacrée aux attentats du 11 septembre 2001. Si l’on est chômeur, il y a moyen d’assister à la conférence à prix réduit, autrement dit pour 4 € au lieu de 10. Il faut réserver et payer à l’avance si l’on veut bénéficier de la réduction.

Merci de bien vouloir verser X fois 4 EUR sur le compte BE70 9793 8581 9525 : Commentaire : NOM + Nb. places Chômeurs.

Pour les non-chômeurs le montant de la soirée est de 10 €.

Un mot d’explication au sujet des attentats du 11 septembre et du débat en cours à leur propos

La version officielle des attentats du 11 septembre 2001 est contredite par de nombreux faits et témoignages. En dépit de l’omerta imposée par le pouvoir d’état américain, de nombreux chercheurs, réalisateurs et journalistes contestent cette version. 

Leur questionnement porte avant tout sur la cause de l’effondrement des deux tours du WTC et, dans une moindre mesure, sur les raisons et sur les méthodes utilisées par le gouvernement américain pour faciliter éventuellement la tâche aux terroristes à l’origine de ces attentats. 


Mais ce crime international suscite aussi d’autres questions. Quoique ces questions soient fondamentales, elles font rarement l’objet du débat.

Qui sanctionner ? Comment et sur quelles bases ?

Même si le gouvernement américain n’a pas menti, si ce sont réellement des avions qui ont fait s’écrouler des gratte-ciels (ainsi que les débris de ces gratte-ciels), en quoi les attentats du 11 septembre 2001 justifient-ils l’invasion de l’Afghanistan ? Des attentats terroristes ne justifient ni une agression internationale, ni l’occupation d’un pays.

En outre, le régime dont la critique a servi à justifier cette invasion, qui a offert asile soi-disant aux terroristes qui revendiquent les attentats du 11 septembre, qui sont eux-mêmes d’anciens agents américains, a lui-même été mis en place par les U.S.A.. Ce régime intégriste, fanatique, a renversé une autre régime moderne, progressiste, ou hommes et femmes jouissaient des mêmes droits.

De surcroît, les services secrets et le département d’état américains sont suspectés d’avoir entretenu des relations secrètes avec les terroristes bien après les attentats du 11 septembre. L’enquête à ce sujet du journaliste Daniel Pearl aurait justifié son assassinat ? Les mêmes mobiles ont pu décider les Américains à assassiner Ben Laden.

La géopolitique ne justifie pas tout. Que faire si l’état américain a menti ? 

Quel droit invoquer ?

Comme l’expose David Thoreau dans un de ses livres [1], l’esprit commercial domine la pensée politique américaine. Ne représente-t-il pas une meilleure explication que la nécessité de combattre le communisme ? La stratégie américaine a-t-elle une autre raison d’être que la possession de ressources et de richesses qui appartiennent à d’autres ? L’esprit commercial n’est-il pas la véritable cause des guerres actuelles ?
Vu le suivisme et l’aveuglement des médias américains en général, et mêmes ceux des médias dits internationaux, Le Monde en tête, en quoi l’état américain serait-il moins totalitaire que l’état soviétique qui, du reste, depuis près d’un quart de siècle, a cédé la place à un régime démocratique ?

La stratégie qui consiste à renverser des gouvernements, à provoquer des guerres, à bombarder des pays ne peut plus guère être justifiée qu’au moyen du terrorisme ? Mais que vaut cette justification ? On est en droit de se demander si la réouverture de l’enquête concernant le 11 septembre représente bien une option suffisante, si la critique et la transformation en profondeur des institutions et de la société américaines ne représentent pas une meilleure option ?

La démocratie libérale, ou libérale-sociale, ne se sert-elle pas de la soi-disant vérité objective des faits, pour en fabriquer une autre, une fausse, et pour justifier des critiques, et des conflits et des guerres, scandaleux, criminels ? N’autorise-t-elle pas qu’une seule vérité, à force de puiser sa justification dans un unanimisme en réalité obligé ?

L’état capitaliste américain n’enferme-t-il pas systématiquement des afro-américains, des chômeurs, des pauvres, des étrangers ? N’en réduit-il pas une partie au travail forcé ? N’assassine-t-on pas des journalistes aux U.S.A. et même partout dans le monde lorsque leurs enquêtes portent sur les explications officielles conférées à certains évènements par le département d’état américain ? Récemment, plusieurs journalistes qui ont tenté de contester la version officielle concernant les attentats du 11 septembre ont trouvé la mort. 
Que représente une justice consensuelle quand l’opinion publique est tout simplement fabriquée par des entreprises de relations publiques et de communication en réalité beaucoup plus puissantes que les médias eux-mêmes devenus les simples relais d’une information prémâchée ? Que penser des nombreux enlèvements à travers le monde de personnes, d’activistes qui ne se contentent pas de hurler avec les loups ?

Des sociétés privées, notamment une société privée dont un des principaux conseillers d’état (ministres aux U.S.A.) était le principal actionnaire, ont amassé une véritable fortune grâce aux guerres qu’ont permis de justifier les attentats du 11 septembre 2001. La guerre elle-même en Afghanistan et en Irak a rapporté beaucoup d’argent à des sociétés privées comme Halliburton (la même qui est impliquée dans l’accident pétrolier du Golfe du Mexique.). D’autres ont directement profité des attentats et de l’effondrement des deux Twin towers : la ville de New-York et le Fire (le lobby immobilier de la ville) notamment qui étaient pratiquement en faillite avant le 11 septembre 2001. La guerre a fait et continue à faire des centaines de milliers de victimes. On parle de plusieurs millions de morts depuis la première guerre du Golfe. Qui est responsable ? Qui doit payer et quoi ? Et à qui ? Et pour quoi faire ?

Il semble que les USA aient évité une crise financière grâce aux attentats et à la guerre. Mais une crise financière et des mesures économiques cohérentes n’auraient-elles pas été préférables aux guerres qui s’en sont ensuivies et à la propagande raciste qui en est en partie à la base !

Toutes ces questions sont rarement soulevées, sinon jamais. Quelques-unes l’ont été par Michael Moore dans son excellent documentaire consacrée aux attentats du 11 septembre : Fahrenheit 9-11. 


Les U.S.A. menacent actuellement la paix mondiale, essaient de pousser l’UE à provoquer une guerre en Ukraine, et veulent à tout prix bombarder la Syrie depuis des années. Sans les Russes, là-aussi, comme en Indochine, comme en Irak, comme en Libye, ils auraient commis un génocide, et détruit entièrement une nation. Faut-il continuer à leur octroyer le bon dieu sans confession, se taire et rester les bras croisés, et même les encourager ? Comment tolérer que la justice elle-même soit perpétuellement invoquée tant sur le plan interne qu’à l’échelon international par ceux-là même qui n’en tiennent jamais compte ? N’est-il pas temps de critiquer la politique étrangère, et même intérieure, américaine ? 
Le rôle de gendarme du monde n’est-il pas monté à la tête des dirigeants américains, comme à celle de ses banquiers, de ses traders, de ses financiers, des grands patrons de son industrie militaire, mais aussi à celle de ses journalistes des grands médias, de ses militaires, de ses philosophes, à quelques exceptions près ?




Que penser des droits de l’homme, de la démocratie aux U.S.A eux-mêmes dont une seule chaîne de télévision et quelques trucages électoraux peuvent modifier en profondeur la politique et la signification en un tournemain ?

Pour les adorateurs du pouvoir et de l’autorité, ceux qui critiquent la thèse officielle concernent les attentats du 11 septembre sont des complotistes, des affabulateurs. Mais, pour ceux pour qui le pouvoir d’état a bel et bien menti, les affabulateurs sont ceux qui prêtent leur concours à l’état et aux services secrets américains pour tenter de conférer une crédibilité à ladite version officielle.

Qui finance le terrorisme, qui l’organise ? Toutes les puissances internationales s’appuient sur le terrorisme pour parvenir à leur fin, rétorquent certains. Mais le terrorisme ne sert-il pas de prétexte pour mettre la main sur des ressources naturelles, pour causer des crises sans fin. 
Les peuples sont-ils respectés ? Leurs dirigeants ? Comment les autres démocraties sont-elles considérées ? Comment la démocratie est-elle considérée aux U.S.A.? Cela fonctionne-t-il ? Ou cela mène-t-il droit à la guerre ?

L’Occident a réussi à propager la démocratie dans toutes sortes de pays. Mais n’est-il pas à bout de souffle ? Est-ce dans le but de violer l’opinion publique d’autres peuples, ou dans le but de leur permettre de s’exprimer ?

Un tel crime de masse a-t-il une raison d’être ? Ne trouve-il pas son origine dans une conception passéiste de l’état, du pouvoir ? Et n’est-il pas rendu possible par l’ organisation du travail telle qu’elle fonctionne ?

Il est temps de débattre de toutes ces questions. Le seul fait d’en débattre sert à faire reculer ceux qui, aujourd’hui, n’ayant rien à perdre, du moins le croient-ils, se font un point d’honneur de provoquer, et de déclarer des guerres, et, en même temps, de critiquer les pauvres, de leur mettre tous les problèmes existants sur le dos, d’abolir les droits qui les protègent des ambitions et de l’avidité des riches, et surtout de celles des plus riches, ou tout simplement des autres. 

JPEG - 274.2 ko

[1L’esprit commercial des temps modernes et son influence sur le caractère politique, moral et littéraire d’une nation (Le Grand Souffle Editions, 2007) (œuvre originale : 1837)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.